La première des libertés est la sécurité

La première des libertés est la sécurité

La lutte contre l’insécurité est efficace si on agit à la fois sur les volets prévention et répression. La prévention, au cœur de l’engagement des acteurs sociaux et du personnel éducatif sur le terrain, doit être au centre de toute politique publique nationale et municipale.

Mais c’est un travail de longue haleine et face aux trafics de stupéfiants qui perdurent (Cf article du Parisien) , les citoyens ont aujourd’hui besoin de réponses concrètes et efficaces pour retrouver la sérénité à laquelle ils ont droit et aspirent.

Aussi, réfléchir de manière intelligente en mettant en place un continuum de sécurité territorial, pour une meilleure répartition des tâches et une meilleure coordination des acteurs entre eux – police nationale, police municipale, acteurs sociaux, bailleur sociaux – au service de la sécurité de tous nos concitoyens, est à mon sens la meilleure des réponses. La République ne doit reculer dans aucun territoire. 

Nous devons toutes et tous être mobilisé.es sur ce sujet pour lutter contre l’insécurité. Et la critique des uns contre les actions des autres ne fait que donner du grain à moudre à la fois à ceux qui se repaissent de la peur, pour nourrir leur programme politique et attiser les tensions entre les citoyens, et à ceux qui scient les mâts comme celui du quartier Pasteur à Villejuif pour continuer leur trafic de stupéfiants. 

https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/securite

En savoir plus sur le continuum de sécurité : Communiqué de presse du Premier ministre