Ma position sur la loi énergie climat

Ma position sur la loi énergie climat

Cet après-midi, l’Assemblée nationale sera amenée à voter définitivement la loi Energie-Climat.

En plus de fixer un cadre inédit à notre politique climatique, elle marque dans la loi les ambitions de la France en matière de lutte contre le réchauffement climatique et se dote de nouveaux outils pour mettre en œuvre ces engagements.

Je me réjouis de ces avancées et c’est pour cette raison que je voterai pour l’adoption de ce texte.

Cependant, je regrette le compromis peu satisfaisant qui a été trouvé au sujet des passoires thermiques.

D’abord, parce qu’aucun dispositif contraignant n’a été prévu – avant 2028. Je m’inquiète notamment du montage particulièrement technique de la prime qui doit inciter les propriétaires à réaliser les travaux d’adaptation (transformation du CITE).

Ensuite, parce que de nombreux acteurs s’inquiètent – entre autres – de l’enveloppe budgétaire qui a été prévue pour ce plan de rénovation énergétique. Je pense notamment au think tank Institute for Climate Economics, qui a chiffré à 7 milliards d’euros par an les financements publics à mobiliser. Nous sommes bien loin du financement de 14 milliards d’euros sur cinq ans prévu en 2018.

Je resterai donc vigilante, notamment à l’occasion de l’examen du Projet de Loi de Finances 2020, pour que nous nous donnions les moyens de parvenir à nos objectifs ambitieux en matière de transition écologique.