Courrier au Président de la République sur le bidonville au Fort de la Redoute à Villejuif

Courrier au Président de la République sur le bidonville au Fort de la Redoute à Villejuif

Albane GAILLOT

Députée du Val-de-Marne

126 rue de l’Université

75 355 PARIS 07 SP

 

Monsieur Le Président de la République

Palais de l’Elysée

55 rue du Faubourg Saint-Honoré

75008 Paris

Le 9 mars 2021

 

Monsieur Le Président de la République,

Je souhaite attirer votre attention sur la situation du terrain militaire du Fort de la Redoute, à Villejuif, Val-de-Marne dans ma circonscription.

Auparavant centre de formation et d’entraînement pour la police nationale jusqu’en août 2016, et désormais au cœur du Contrat d’intérêt national « Campus Grand parc », ce terrain appartenant à l’Etat héberge un campement depuis bientôt un an. 85 adultes et 52 enfants originaires de Roumanie et de Moldavie se sont établis sur cette zone, ainsi qu’une soixantaine de véhicules dont une quarantaine de camionnettes. La décharge culmine déjà à 19 000 m3 de déchets.

En décembre 2020, à la suite d’un référé, une décision de justice ordonnant l’évacuation du camp avant la fin du mois de juin 2021 a été prise. Mais depuis cette date, ni la mairie de Villejuif ni le département n’ont été informés d’un quelconque travail préparatoire au démantèlement de ce campement, et d’ailleurs l’affiche d’avis d’évacuation qui doit permettre de prévenir les personnes y habitant, n’a pas été disposée à l’entrée de celui-ci.

Il s’agit d’une véritable catastrophe humaine et écologique qui ne peut pas perdurer, et on peut imaginer l’ampleur de la tâche à réaliser afin que ce démantèlement se passe dans de bonnes conditions.

A l’occasion de la séance de question orales sans débat du mardi 3 mars dernier, j’ai donc interrogé la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, à ce sujet. Or sa réponse concernant le devenir du site, « ce site est destiné à accueillir, à court terme, une entreprise de revalorisation des déchets », n’apporte aucune garantie quant à la prise en charge sociale et sanitaire des occupants du bidonville. De plus, sa réponse apparait être en contradiction avec l’ambition que vous sembliez partager avec le maire de Villejuif, Monsieur Pierre Garzon, lors de votre déplacement à l’IGR de Villejuif début février, à savoir mettre ce terrain appartenant à l’Etat au cœur du projet « Campus Grand Parc » pour le développement d’un pôle de recherche et de santé.

L’élue que je suis, mais également le maire et les habitants de la ville, souhaitent être rassurés et informés sur le devenir du site. Aussi, pouvez-vous apporter des précisions quant aux conditions de démantèlement du site, de relogement des familles, de dépollution du lieu et de réhabilitation du site ?

Certaine de l’attention que vous porterez à ce courrier, je vous prie d’agréer, Monsieur Le Président de la République, l’expression de ma considération respectueuse.

Albane Gaillot