🔴Proposition de loi « violences conjugales », mon intervention

🔴Proposition de loi « violences conjugales », mon intervention
En 2018, 121 femmes étaient tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. En 2019, entre 122 et 149 femmes étaient victimes de féminicides.
Mais en dépit de ce demi-siècle de mobilisations féministes et des nombreuses lois votées depuis quinze ans, le nombre de ces crimes ne diminue pas.
Car la protection réelle des femmes victimes de violences conjugales implique de tenir compte de deux impératifs : la protection judiciaire des femmes, d’abord et l’accompagnement des victimes jusqu’à la sortie effective et durable des violences ensuite. Cet accompagnement doit inclure la prise en charge sanitaire, la mise à disposition d’un hébergement sécurisé et le traitement adapté de la parentalité.
La proposition de loi « violences conjugales » répond en partie à ces impératifs. Parmi les avancées importantes:
👉Reconnaissance du cybercontrĂ´le dans le couple – notamment suite Ă  l’adoption de l’un de mes amendements
👉Suppression de l’obligation alimentaire en cas de crime
👉Saisie des armes dès le stade de l’enquête
👉Restriction de la pratique de la médiatique familiale et interdiction de la médiation familiale dans un contexte de violences conjugales
❌Mais ce texte présente encore des limites, obstacles à la pleine effectivité des droits des femmes :
▶️Un budget consacré au violences sexistes et sexuelles insuffisant au regard des besoins identifiés
▶️Pour les ordonnances de protection, un dĂ©lai de 48h, largement insuffisant, pour que les femmes victimes de violences informent leur conjoint violent d’une procĂ©dure Ă  leur encontre
En dĂ©pit des points de vigilance sur ce texte, j’ai votĂ© cette proposition de loi avec le groupe Écologie DĂ©mocratie SolidaritĂ©. Car en matière de violences conjugales, il n’y a pas de « petites avancĂ©es ».
Mon intervention en hémicycle ⤵️